Accueil
Présentation
Visite
Bibliographie
Communications
Partenaires
Contacts
taposiris.com
Mission Française des fouilles de Taposiris Magna

Présentation de la mission

Depuis 1998, la Mission Française des Fouilles de Taposiris Magna, sous l’égide de la Maison de l’Orient Méditerranéen (MoM) et du Ministère des Affaires Étrangères (MAE), explore le territoire et les vestiges de ces deux cités qui sont parmi les rares épargnées par l’urbanisation récente de la côte. Les fouilles ont lieu chaque année à l’automne pendant quatre à cinq semaines avec la participation du Conseil Suprême des Antiquités, représentés par un ou plusieurs inspecteurs.

Contrairement à nos prédécesseurs, nous avons entrepris une étude d’ensemble des deux sites et de leur territoire en cherchant à les réintégrer dans leur environnement antique, très différent de ce qu’il est aujourd’hui. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous menons une exploration systé­matique du territoire des deux cités et de leur façade lacustre, avant que l'urba­ni­sa­tion de la région d'Alexan­drie, le dévelop­pe­ment des villages de vacances le long de la côte, n'aient modifié le paysage et fait disparaître les aména­ge­ments anti­ques le long du lac. En contrebas de Plinthine et Taposiris, viviers et travaux d'assè­che­ment ont déjà profondément transformé l'environnement. Le lac Mariout, qui n'est plus depuis longtemps à certaines saisons qu'une croûte salée, est en voie de disparition.

Nous menons donc nos travaux en priorité dans la ville basse et le port de Taposiris Magna, qui remplit les fonctions de douane occidentale d’Alexandrie : l’étude des installations portuaires, qui incluent un exemple rare de port fermé, permet d’analyser leur impact sur le développement (Taposiris) ou sur le déclin (Plinthine) des deux villes. Ces deux bourgades de la chôra alexandrine reflètent aussi les processus d’acculturation de populations grecques établies dans un milieu égyptien, à travers l’architecture, les pratiques sociales ou funéraires mises au jour dans la nécropole de Plinthine et la terrasse Breccia.

Enfin, trois sites extra-urbains, implantés sur les rives du lac Maréotis, Gamal, Rahim et Koseir, permettent de mieux connaître le développement du territoire de ces deux villes.

bdp
vide